TRACES

Présentation du projet

Le projet TRACES (2019-2023), « La violence fondée sur le sexe (VFS) vécue en contexte pré et péri-migratoire: les impacts sur le parcours et l’adaptation des femmes immigrées et réfugiées installées au Québec » est financé par le Ministère des Femmes et de l’Égalité des genres Canada.

Ce projet a pour objectif de développer un modèle de pratiques prometteuses pour répondre aux besoins et aux réalités spécifiques des femmes immigrantes, réfugiées et à statut précaire ayant subi des violences fondées sur le genre (VFG) au cours de leur parcours migratoire et d’installation au Québec. Les connaissances mobilisées et développées dans le cadre du projet, ainsi que les activités menées visent une meilleure représentation et prise en charge des enjeux affectant ces femmes.

Vision

La vision qui anime le projet TRACES est celle d’un accompagnement des femmes qui renforce leurs stratégies de survie et de vie, face aux violences intersectionnelles des rapports sociaux (genre, race, classe) dans leur trajectoire migratoire et leur installation au Québec. Elle s’inscrit globalement dans la voie tracée par la TCRI, celle de la défense des droits des personnes réfugiées, immigrantes et sans statut à une citoyenneté pleine et entière au sein de la société québécoise.

Approches

Les approches théoriques et méthodologiques qui guident nos activités de recherche et d’analyse, ainsi que nos pratiques sont des approches critiques orientées vers la transformation sociale et la réalisation des valeurs et pratiques de justice sociale, notamment :

  • L’approche féministe matérialiste et intersectionnelle
  • L’approche des droits humains
  • L’approche interculturelle tenant compte des rapports de pouvoirs

Sur le plan méthodologique, le projet privilégie une approche terrain participative et coopérative, inspirée de la recherche-action et qui accorde une place prépondérante aux femmes elles-mêmes. La ligne directrice des activités est de viser la satisfaction réelle des besoins identifiés en mettant les femmes au centre des réflexions et en prenant en compte leur point de vue.

Mandat

Le mandat à court terme du projet est la réalisation d’une analyse des impacts des violences basées sur le genre (VBG) dans la trajectoire pré, péri et post migratoire des femmes, et d’une analyse des besoins des intervenantes. Sur la base des résultats de ces analyses, le projet TRACES permettra la mise en place de :

À moyen et long terme, le projet permettra d’adapter durablement les pratiques, dans un processus de consolidation du tissu organisationnel par une capitalisation des savoirs acquis à travers :

Contexte

La revue de littérature produite au début du projet a démontré que les femmes réfugiées et demandeuses d’asile sont exposées à un ensemble de violences basées sur le genre au cours de leurs trajectoires migratoires. Les recherches sur le trauma et sur les conséquences de la violence sur les personnes démontrent que les traumatismes peuvent avoir des impacts très concrets sur la santé et les capacités d’adaptation. De plus, de multiples facteurs structurels et personnels, tels que l’appauvrissement, un statut d’immigration précaire, l’isolement et l’absence de soutien social, font en sorte que ces femmes sont plus à risque d’une re-victimisation lors de leur établissement au Québec.

Vu l’absence de documentation sur l’impact des expériences de violences sur les processus d’établissement des femmes au Québec, le projet TRACES vise à documenter et proposer des moyens à mettre en œuvre pour assurer une prise en charge optimale de cette population vulnérabilisée.

Saadatou Abdoulkarim

Coordonnatrice de projets sur l’équité des genres

Kesnamelly Neff

Chargée du projet TRACES

Julia Tischer

Agente de recherche pour le projet TRACES

Les activités en cours

Les activités du projet sont à la fois des lieux de mobilisation et de développement de contenu, et de validation, où les modèles de pratiques seront testés, adaptés et bonifiés. Présentement, les activités suivantes sont en cours :

  • Des entrevues auprès de femmes immigrantes, demandeuses d’asile et à statut précaire
  • Une analyse des besoins auprès des organismes desservant les femmes ayant des parcours de refuge
  • L’élaboration d’activités de sensibilisation, dont des webinaires et des activités de sensibilisation