TRACES

Présentation du projet

« La violence fondée sur le sexe vécue en contexte prémigratoire et périmigratoire : les impacts sur le parcours et l’adaptation des femmes immigrées et réfugiées installées au Québec »

Le projet TRACES est mis en œuvre depuis juillet 2019 et ce jusqu’en décembre 2023, avec un financement de Femmes et Égalité des Genres Canada  dans le cadre du programme « La violence fondée sur le sexe : Pratiques prometteuses pour aider les personnes survivantes et leur famille. » 

Définition de la violence fondée sur le sexe

 

Violence fondée sur les normes de genre et sur une dynamique du pouvoir inégale exercée à l’encontre d’une personne en raison de son genre, de son expression de genre, de son identité de genre ou de son genre perçu. La violence fondée sur le sexe prend de nombreuses formes, y compris la violence physique, économique et sexuelle, ainsi que la maltraitance émotionnelle (psychologique).

Dans le cadre du projet, le terme violences genrées qui ciblent les femmes est privilégié. Ces violences ne se limitent pas aux agressions sexuelles, à la violence conjugale ou aux relations interindividuelles; elles sont les conséquences de rapports sociaux inégalitaires systémiques et intersectionnels (par exemple : genre, race ou classe). Ces violences sont d’un potentiel traumatique et de risque de revictimisation qui peut affecter gravement certaines femmes dans leur processus d’insertion au Québec.

Vision

La vision qui anime le projet TRACES est celle d’un accompagnement des femmes qui renforce leurs stratégies de survie et de vie face aux violences intersectionnelles des rapports sociaux (sexe, race ou classe) dans leur installation au Québec. Elle s’inscrit dans la voie tracée par la TCRI depuis près de 40 ans, celle de la défense des droits des personnes réfugiées, immigrantes et sans statut à une citoyenneté pleine et entière au sein de la société québécoise.

Approches

Les approches théoriques qui guident notre travail sont des approches critiques orientées vers la transformation sociale et la réalisation des valeurs et pratiques de justice sociale, notamment : 

  • L’approche féministe matérialiste et intersectionnelle;
  • L’approche des droits humains;
  • L’approche interculturelle tenant compte des rapports de pouvoir.

Nous privilégions une approche participative et coopérative inspirée de la recherche-action. La logique de nos activités est de viser la satisfaction réelle des besoins identifiés, en mettant les femmes au centre des réflexions et en prenant en compte leur point de vue.  

Mandat

Le projet TRACES développe un modèle de pratiques prometteuses pour répondre aux besoins et aux réalités spécifiques des femmes immigrantes et en recherche de refuge au Québec affectées par les violences genrées. Les connaissances qui seront mobilisées et développées dans le cadre du projet, les protocoles qui seront élaborés, et les activités qui seront menées serviront le même but commun, soit d’assurer une meilleure représentation et prise en charge des enjeux affectant ces femmes.

Les activités du projet sont des lieux de mobilisation et de développement de contenu, de validation et de suivi et d’évaluation des modèles de pratiques qui seront testés, adaptés et bonifiés.

C’est une pratique prometteuse systémique qui se développe tout le long du projet à travers plusieurs composantes qui contribueront à un meilleur accès et une adaptation des services sur la base des besoins exprimés par les femmes et les intervenantes et intervenants. Ces composantes sont les suivantes :

  • Actualisation des connaissances sur les réalités des femmes et des intervenantes

  • Appui au renforcement des compétences des intervenantes en mettant à leur disposition un guide sur les violences genrées et les traumas

  • Mise en place d’un dispositif de travail participatif avec et pour les femmes sous forme de groupes de femmes qui s’inspirera des expériences existantes, et innovera en visant répondre aux besoins identifiés de manière concrète

  • Mise en place de dispositif de travail coopératif avec les intervenantes et intervenants sous forme de communauté d’échange intersectorielle et solidaire

  • Élaboration d’outils d’intervention adaptés aux besoins identifiés

  • Renforcement du tissu organisationnel à travers un réseau-TRACES destiné à pérenniser les acquis du projet en créant un lien durable entre les professionnelles et professionnels en posture d’intervention qui place les femmes réfugiées et immigrantes ayant subies des violences genrées au centre des réflexions, tout en leur offrant un espace adéquat d’expression de leurs besoins à cette étape cruciale de leur établissement au Québec

Le projet TRACES est mis en œuvre avec l’implication de partenaires multisectoriels et des organismes, ainsi que celle des femmes et des intervenantes et intervenants à travers :

  • Un comité aviseur

  • Un comité consultatif femmes

  • Une communauté intervenante de coconstruction et d’adaptation
  • Des évaluatrices externes

Activités

Revue de littérature et élaboration d’un guide théorique

La revue de littérature a démontré que les femmes réfugiées et demandeuses d’asile sont exposées à un ensemble de violences genrées au cours de leurs trajectoires migratoires. Les recherches sur le trauma et sur les conséquences de la violence sur les fonctions neuropsychologiques nous apprennent que les traumatismes peuvent avoir des impacts très concrets sur la santé et les capacités d’adaptation. Les femmes immigrantes et en recherche de refuge vivent un ensemble d’obstacles et de défis lors de leur établissement au Québec. Ces multiples facteurs structurels et personnels font en sorte que ces femmes sont plus à risque d’une revictimisation en terre d’accueil. L’élément le plus important identifié dans la revue de littérature est l’absence de documentation sur l’impact des expériences de violences prémigratoires et périmigratoires sur les processus d’intégration en terre d’accueil et sur les moyens à mettre en œuvre pour assurer une prise en charge optimale de cette population vulnérable.

Étude exploratoire de base

Au début du projet, de la collecte de données a été effectuée en plusieurs étapes :

  • Entrevues avec des intervenantes;
  • Entrevues avec des femmes immigrantes et en recherche de refuge;
  • Groupe cible de présentation des résultats préliminaires.

Les informations collectées ont permis de poser les bases du travail de coconstruction et d’adaptation avec les intervenantes.

Activités de sensibilisation

Des outils ont été créés pour couvrir les sujets suivants :

  • Demande d’asile;
  • Demande humanitaire;
  • Demande de parrainage;
  • Travail temporaire;
  • Racisme;
  • Réalités des femmes.

Activité pilote au sein d’organismes partenaires

Une activité pilote de groupes de femmes au sein d’organismes partenaires a guidé des réflexions et des discussions sur :

  • L’expériences de prise en compte du trauma et du soutien psychosocial;
  • L’expériences des organismes communautaires en immigration;
  • L’expériences des organismes spécifiques de femmes;
  • Les lignes directrices TRACES : défense des droits; approches intersectionnelle et décoloniale, espace sûr.

Partenariats

Saadatou Abdoulkarim

Coordonnatrice de projets sur l’équité des genres

Kesnamelly Neff

Chargée du projet TRACES

Julia Tischer

Agente de recherche pour le projet TRACES