Présentation du volet Protection

Le Volet protection s’intéresse aux enjeux spécifiques au vécu des personnes demandeur.se.s d’asile, à statut précaire et sans statut. Ses activités sont coordonnées par le Comité d’aide aux réfugiés (CAR), qui partage ses bureaux avec la TCRI. Le CAR est un organisme de bienfaisance établi en 1984. Depuis 1999, le CAR assume la coordination du Volet protection de la TCRI.

Approche

Le Volet protection s’inscrit dans une approche de défense collective et individuelle des droits des personnes concernées. Les questions entourant la protection des personnes à statut précaire sont au cœur des échanges lors des rencontres avec les organismes membres, des comités de travail ou des comités conjoints avec les différents paliers gouvernementaux.

Mandat

À travers son canal de communication avec les autorités : Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR) et le Ministère d’Immigration, de Francisation et d’Intégration du Québec (MIFI), la TCRI s’assure de relayer les enjeux et préoccupations affectant les droits des personnes demandeuses d’asile et personnes à statut précaire et sans statut aux différentes instances concernées.

Par ailleurs, dans un souci de concertation des acteurs à l’échelle du pays, la TCRI travaille en étroite collaboration avec le Conseil canadien pour les réfugiés (CCR), réseau pancanadien des organismes de soutien et de défense des droits des personnes réfugiées, afin d’assurer les représentations nécessaires à la défense des droits des personnes réfugiées et des autres migrants au statut précaire.

Le volet protection offre également un soutien juridique et un accompagnement aux organismes membres lorsqu’ils font face à des cas d’immigration et de protection complexes.

Louis-Philippe Jannard

Coordinateur
du volet Protection

Louis-Philippe s’intéresse aux questions migratoires et à la défense des droits des personnes migrantes et réfugiées depuis une quinzaine d’années. Il a notamment travaillé avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Montréal et Costa Rica) ainsi qu’au Musée de l’Holocauste à Montréal, où il a organisé plusieurs ateliers et événements publics sur ces questions.

En janvier 2023, il a soutenu une thèse de doctorat en droit à l’Université du Québec à Montréal au sujet de la détention des personnes migrantes au Canada. Dans sa thèse, il explore le thème de l’exercice du pouvoir discrétionnaire de détention par les membres du personnel de l’Agence des services frontaliers du Canada. Il a également participé à plusieurs recherches en lien avec le droit et les politiques d’immigration, dont un portait sur la réponse des autorités canadiennes aux arrivées de personnes réfugiées par le chemin Roxham.

Avant de se joindre à l’équipe de la TCRI, il a été conseiller en relations intergouvernementales pour le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.